header

Dernière mise à jour : 24/03/2017

L'instinct alimentaire du lapin de compagnie (Mise à jour : 18/05/2008)

Le lapin de compagnie est souvent soupçonné de ne plus avoir aucun instinct, du fait de la sélection génétique et de siècles de vie en clapier. Certains comportements ou choix alimentaires peuvent en effet le faire penser mais ce n'est pas si simple...Il ne faut pas confondre instinct et intelligence, ni négliger la part importante de l'éducation.
Un comportement instinctif est un comportement que tous les membres d'une espèce adoptent de manière systématique. Creuser un terrier est un geste instinctif, tous les lapins de garenne le font et les lapins de compagnie qui n'ont pas besoin de creuser un terrier grattent eux aussi le sol de manière frénétique, répétant ainsi un geste ancestral. Un lapin qui creuse son terrier ne fait pas preuve d'intelligence, il ne fait que répondre à un instinct. En revanche un lapin de compagnie qui s'adapte au rythme de vie, aux exigences et aux contraintes imposés par l'humain avec lequel il cohabite et s'adapte et fait preuve d'intelligence.
Il y a souvent un malentendu sur la place de l'instinct dans le comportement des animaux, il occupe évidemment une place importante mais tout le comportement n'est pas lié à l'instinct. Le lapin est capable de faire des choix.

Dans le domaine de l'alimentation, on entend souvent 2 propos opposés :
-"le lapin sait bien ce qui est bon pour lui, il suit son instinct"
-"le lapin n'a aucun instinct, il a passé des siècles en clapier et ne sait plus ce qui est bon pour lui"
Le lapin a bien entendu conservé son instinct, son comportement le montre dans bien des domaines, pourquoi aurait-il perdu son instinct alimentaire ? Est-ce que le choix d'un aliment dépend uniquement de l'instinct ? Rien n'est moins sûr !
Dans une garenne, le territoire est réduit et les lapins mangent année après année les mêmes végétaux, ils savent ce qui est bon et ce qui ne l'est pas, est-ce instinctif ou est-ce de l'éducation ? Il a été démontré que si on mettait des lapins issus de garennes différentes sur des terrains contenant les mêmes espèces végétales, ils ne choisissaient pas systématiquement les mêmes espèces végétales. Les lapins du groupe 1 peuvent ignorer des plantes dont raffolent les lapins du groupe 2. Ce n'est donc pas seulement une question d'instinct, les lapins d'une garenne peuvent ignorer des végétaux qui pourtant sont parfaitement comestibles et que d'autres lapins mangeraient.

En vivant avec des lapins on se rend compte aussi qu'ils sont très capricieux et ont des goûts bien établis, ils n'agissent pas forcément à l'instinct et s'influencent les uns les autres.
Dans le domaine de l'alimentation il semble donc qu'il y ait intervention de l'instinct, de l'éducation et des goûts personnels. Le lapin fait parfois de mauvais choix parce qu'il n'a pas les informations nécessaires. Comment un lapin qui est conçu pour vivre dans une prairie et dont les ancêtres ont vécu en clapier depuis des siècles peut-il savoir qu'une plante tropicale est mauvaise pour lui ? La nature fait bien les choses, sur les territoires habités par des lapins sauvages, les plantes toxiques ne sont généralement pas attirantes, elles piquent, dégagent une mauvaise odeur ou ne sont pas bonnes au goût. Les lapins n'y touchent donc pas. Une plante tropicale, en revanche, n'est pas "conçue" pour prévenir le lapin de sa toxicité puisqu'ils ne sont pas sensés vivre sur le même territoire. Une plante tropicale toxique pour le lapin peut donc être délicieuse au goût et ne provoquer aucun désagrément. Le lapin la dévore donc sans s'inquiéter, alors qu'il est plutôt d'un naturel méfiant.

Certains lapins de compagnie mangent tout et n'importe quoi : des végétaux de toutes sortes, même cuits, des produits de boulangerie mais aussi des produits d'origine animale (fromage, lait, viande). Il faut être très sévère avec ces lapins, ils sont probablement plus curieux que d'autres, vont tester des produits très sucrés et gras et devenir accros. Si on les laisse faire ils peuvent finir par refuser tous les aliments bons pour eux car ils seront "shootés" au sucre et au gras. Par la suite il est très difficile de faire machine arrière. Cette curiosité alimentaire n'est pas une dégénérescence, dans la nature c'est une grande qualité qui assure la survie de l'espèce. Elle permet aux espèces de s'adapter aux changements de territoire et de découvrir de nouveaux aliments, dans chaque groupe social, il faut des pionniers ! Malheureusement entre la découverte d'une nouvelle plante et la découverte d'un hamburger il y a une grande différence.

Un lapin peut aussi se décider à manger un aliment qu'il n'aime pas juste parce qu'il observe un autre lapin en manger. Le mimétisme est très fort même si parfois il n'est commandé que par la jalousie.

Le lapin de compagnie a à sa disposition beaucoup d'aliments ou d'objets qu'il est susceptible de vouloir goûter, c'est à vous de mettre hors de portée tout ce qui peut être toxique ou dangereux et c'est à vous de l'éduquer pour qu'il ait une bonne alimentation.