header

Dernière mise à jour : 21/06/2017

Alimentation du lapin souffrant d'urolithiase (Mise à jour : 05/05/2017)

Introduction

La gestion du calcium dans les repas de vos lapins peut avoir un but préventif ou curatif. Tous les lapins ont besoin d’un régime équilibré en calcium afin de préserver le capital osseux et dentaire, tout en prévenant la formation de calculs ou de sable urinaires. Les lapins souffrant déjà d’un excès de calcium doivent, quant à eux, bénéficier d’un régime spécialement adapté à leurs besoins. Le but de ce régime est d’une part, d'augmenter la diurèse et, d’autre part, de diminuer la quantité de calcium ingéré.

Les bases du régime équilibré en calcium

L’alimentation se compose de plusieurs éléments : le foin, la verdure, l’eau de boisson et éventuellement des granulés, des friandises et des compléments alimentaires. Lorsque l’on parle d’équilibre du régime, ce sont tous ces éléments qu’il faut prendre en compte. En effet, si votre eau est très riche en calcaire ou si vos granulés sont composés essentiellement de luzerne, les efforts que vous ferez pour équilibrer la ration de verdure seront réduits à néant. Vous devez absolument avoir une vision d’ensemble des qualités et défauts de chacun des éléments du régime alimentaire de votre lapin.

L’eau, un élément trop négligé

Elle peut pourtant être extrêmement riche en calcium. Si vous donnez à votre lapin l’eau du robinet, renseignezvous auprès du distributeur pour connaître le taux de calcium. Si, au contraire, vous proposez de l’eau en bouteille, regardez bien les étiquettes. L’eau qui est bonne pour vous, ou dont vous appréciez la saveur, n’est pas forcément idéale pour des lapins. Les eaux en bouteille les plus conseillées sont Mont Roucous et Rosée de la Reine mais certaines eaux de source locales contiennent aussi peu, voire encore moins, de calcium. C’est le cas de l’eau de source des montagnes d'Arrée qui ne contient que 0,8 mg/l.
Afin d’augmenter la diurèse, c'est-à-dire la quantité d’urine éliminée par votre lapin, il faut l’inciter à boire. Pour cela,vous devez lui proposer un récipient large et stable lui permettant d’adopter une position naturelle. Vous pouvez également ajouter un peu de jus de fruit si votre lapin est gourmand, mais il faudra alors prendre soin de changer l’eau très régulièrement car le jus de fruit aura tendance à attirer les insectes et à permettre le développement de bactéries.

Le foin, base de l’alimentation

Le premier aliment qui devra faire l’objet de toute votre attention est le foin. Celui-ci constituant la base de l’alimentation, environ 75 %, il joue un rôle central dans l’apport en calcium. Il ne servirait à rien de rationner sévèrement les légumes ou les granulés si par ailleurs votre lapin a accès à un foin très riche en calcium. Il n’estpas toujours aisé de connaître précisément la teneur en calcium d’un foin. En lisant la liste des végétaux qui le composent ou en l’observant, vous pouvez tout de même avoir quelques indications. Un foin de luzerne est très riche en calcium (1,8 %), il doit être réservé aux lapereaux et aux lapines allaitantes. Un lapin adulte ne doit pas y avoir accès, et à plus forte raison un lapin souffrant de calculs ou de sablose. Un foin très riche en végétaux variés contiendra le plus souvent des légumineuses comme le trèfle ou la luzerne, riches en calcium. Le foin de Crau en est un exemple mais c’est le cas d’autres foins de prairie. Ces foins peuvent contenir jusqu’à 1,3 % de calcium. Ils peuvent être donnés aux lapins adultes ne souffrant pas de problèmes urinaires si leur régime est équilibré par ailleurs, mais ils doivent être éliminés du régime des lapins souffrant d’urolithiase. Préférez des foins dont la teneur en calcium est limitée, comme le foin de phléole des prés (Timothy Hay à 0,66 %) ou de dactyle (Orchard Grass 0,58 %). Vous pouvez vous en procurer chez les vétérinaires ou en boutiques spécialisées sous la marque Oxbow Hay®, mais aussi chez des petits producteurs locaux.

Si votre lapin éprouve des difficultés à manger une grande quantité de foin, vous pouvez lui proposer de l'herbe en libre accès dans votre jardin ou en pot sur un balcon, ou même en intérieur. Vous pouvez également cultiver de la verdure sous forme de salade. La richesse en silice de ces feuillages et le temps passé à mastiquer permettront d'user les dents, tandis que leur richesse en eau favorisera une bonne hydratation des systèmes digestif et urinaire. Si vous souhaitez remplacer totalement le foin par de l'herbe, assurez-vous d'en avoir beaucoup à disposition car il faudra entre 300 et 500g par jour, ce qui représente un très gros volume.

Les granulés, à limiter ou à bannir

Les granulés ne doivent jamais être la base de l’alimentation d’un lapin, mais c’est encore plus vrai chez le lapin souffrant déjà d’un excès de calcium. En période de crise, ils doivent être bannis pour limiter drastiquement l’apport en calcium dans l’organisme de votre lapin. Si vous ne souhaitez vraiment pas bannir les granulés au profit d’une plus grande ration de verdure, vous pouvez opter pour les granulés Vetcare Plus Urinary Tract® disponibles chez les vétérinaires et en boutiques spécialisées. Ces granulés peuvent être donnés aussi bien pendant la crise qu’après, afin de prévenir une rechute. Si vous maîtrisez bien la teneur en calcium des rations de granulés, d'eau et de foin, votre lapin pourra bénéficier d’un régime peu strict concernant la verdure et votre travail de préparation des repas sera grandement facilité.

La verdure, élément clef du rétablissement de votre lapin

La verdure est, avec le foin, l’élément clef du régime de votre lapin. Comme le foin, elle permet d’user les dents et de dynamiser le système digestif mais en plus elle permet une excellente hydratation. En effet, de nombreux légumes sont composés en majorité, sinon aux trois quarts, d’eau. Ils participent donc à améliorer la diurèse. En outre, beaucoup de végétaux possèdent des propriétés diurétiques. Bien évidemment, tous les légumes ne vont pas avoir les mêmes bénéfices sur votre petit malade. Si vous ne lui donnez que des légumes racines ou bulbes (carotte, panais, navet, topinambour...) le bénéfice sera nul.
Vous devez favoriser la verdure, c'est-à-dire les légumes feuillus de type salade et herbes, mais là encore il faut faire du tri. Si votre lapin est en crise, vous devez bannir tout les légumes riches en calcium (les épinards, les blettes, le persil, la carotte, la roquette, la betterave, le pissenlit, les choux, le plantain, les chicorées dont l’endive et la scarole, etc.). Cependant, ce régime drastique doit vraiment être limité à la période critique pendant laquelle votre lapin doit évacuer le calcium déjà stocké dans son organisme. En aucun cas vous ne devez maintenir ce régime à moyen ou long terme. Votre vétérinaire pourra définir avec vous la durée du régime en fonction de l’évolution de la santé de votre lapin. Par exemple, concernant la salade qui est la base de la gamelle de verdure, vous devez privilégier la batavia à l'endive lorsque votre lapin est en crise, mais rien ne vous empêche de lui donner de l'endive le reste du temps. Certains aliments, comme le pissenlit, ont un effet diurétique qui compense partiellement leur richesse en calcium. Ils peuvent donc être réintroduits rapidement dans l’alimentation du lapin ou être donnés sous forme d’extrait de plantes en complément alimentaire. De cette manière, le lapin bénéficie de l’effet diurétique sans les inconvénients de la concentration en calcium de la plante entière.

Une bonne hygiène de vie ne se résume pas à une bonne alimentation. L'exercice permet de secouer les cristaux contenus dans la vessie. Cela favorise ensuite l'évacuation d'une plus grande quantité de calcium lors de la miction. N'hésitez pas à installer un petit parcours santé obligeant votre lapin à chercher ses aliments en rampant, sautant, se mettant debout, etc. Ce comportement naturel lui fera faire de l'exercice et lui changera les idées s'il subit des soins.

Que faire si le lapin malade vit en couple ?

Sur une courte durée, les deux lapins peuvent suivre le même régime strict mais, à long terme, tout dépend des besoins de l’autre lapin. En effet, un couple de lapins peut avoir des besoins divergents. Par exemple, si l’un d'eux a des soucis dentaires et consomme du Cunipic Dental® pour favoriser l’usure de ses dents, cela posera problème au lapin qui doit limiter ses apports en calcium. Il est alors possible de proposer le Cunipic® en cachette mais cela ne fonctionne que si le lapin est vorace et accepte de manger sa ration à l’écart. Si votre lapin est un doux rêveur ou un lapin inquiet, il risque de rester immobile devant la gamelle à se demander pourquoi il est mis à l’écart. Une autre solution consiste à trouver des aliments bénéfiques pour tout le monde. Dans le cas présent, le cunipic® peut être remplacé par des granulés très riches en fibres de type Vetcare Plus Urinary Tract® qui ne seront pas nuisibles au lapin souffrant de sablose, et aideront tout de même le lapin qui a besoin d’user ses dents. Dans ce type de situation, vous devrez tester, ruser et parfois vous contenter d’un compromis afin que ces contraintes alimentaires n'altèrent pas la qualité de la relation de vos lapins.