header

Dernière mise à jour : 16/02/2017

Les attaques de renards ( Mise à jour : 19/10/2011)

Si votre lapin dispose d'un enclos extérieur, il est indispensable de prendre toutes les précautions contre les attaques de prédateurs. Les lapins sont une cible privilégiée pour les renards, chiens, chats, fouines, belettes, furets, hermines, reptiles dans certaines régions etc... Votre enclos doit être très solide, bien protégé au sol comme sur le dessus. Le toit ne doit pas pouvoir être poussé ou soulevé par de prédateurs. N'oubliez pas qu'un chien ou un renard peut soulever très facilement le toit d'un clapier en bois et saisir vos lapins. Il est indispensable d'installer un cadenas on un système de loquet. Le sol doit être grillagé pour empêcher les lapins comme les prédateurs de creuser. La période de reproduction des prédateurs est très critique car ils ont besoin de plus de nourriture et attaquent poulaillers et clapiers. Ils n'ont pas peur de s'approcher des habitations. Les attaques sont donc très fréquentes au printemps.
Les rats représentent aussi un danger pour les lapins même s'ils ne sont pas un prédateurs à part entière.
Un petit rapace ne peut pas soulever votre lapin et l'emporter mais il peut très bien le blesser, soyez très vigilant, les attaques peuvent aussi venir du ciel !( chouettes, faucons, busards...)
Les animaux sauvages sont aussi présents en centre ville comme vous pouvez le lire dans ce très bon article Quand les animaux sauvages apprivoisent la ville

Témoignages

Le témoignage de Plumette : En 2006, nous avons ramené Augustin, âgé d'environ un an, d'une exposition avicole, à Genève. Tout heureux, nous lui avons construit un grand clapier avec un enclos pour qu'il puisse gambader, le tout installé dans le jardin. L'enclos était constitué de grillage fixé à des poteaux fichés dans la terre. Le grillage était haut de 80 cm, retourné de 20 cm vers l'intérieur et arrimé au sol par des sardines de camping. Il était libre de rentrer et sortir comme il le voulait. Un matin il a disparu. J'ai cherché dans tout le quartier, posé des affichettes...rien. Un monsieur m'a dit qu'on lui en avait volé trois et que je pouvais faire une croix dessus. J'étais révoltée, j'y croyais à moitié...mais bon, on voit de tout. Nous avons décidé de chercher un autre compagnon chez un éleveur; il avait six mois et était très migon, nous avons hésité à le nommer "Pépin" ou "Capuchon"...Deux jours après il a disparu. "Pépin le Bref". Et nous avons vu que le grillage était soulevé par le sol à plusieurs endroits. J'ai pensé à un chien terrier qui fuguait parfois de chez des voisins, mais pas une trace. Et dans la nuit, un bruit suspect...3h30, je regarde par la fenêtre...un renard ! ...qui rôde autour des cochons d'Inde! Alerte!
Je le fais fuir, et je me rends à l'évidence; en pleine ville, il y a des renards! Prenez garde!

Le témoignage de Swallikorn: Quand j’avais 8-10ans, nous avions deux lapins en extérieur dans un grand parc avec un grand clapier. (Voir photo). Les lapins vivaient quasiment en liberté, nous ne les rentrions que le soir dans leur « maison ». Mais voilà, oubliant l’instinct de nos lapins, nous avions omis de grillager le fond en terre du clapier. Nos deux pinous, Noiraude et Caramelle, se sont empressés de faire de beaux terriers qui ont bientôt formé un réseau de galeries impressionnant. Heureusement, ils ne sont jamais sortis de l’enclos extérieur ! Nous trouvions très amusant, de voir nos lapins retournés à l’état (presque) sauvage et nous passions des heures à les regarder s’amuser dans leur enclos.

Jusqu’au matin où, en allant nourrir les deux lapines, je ne retrouve plus ma lapine, Caramelle. J’ai beau la chercher, l’appeler, rien n’y fait. Elle qui était d’habitude si familière… Les jours ont passés et plus trace de ma lapine. Mes parents ont pensé qu’elle s’était échappée et nous avons rebouché quelques galeries. C’est là que Ciseau et Canelle (deux autres femelles bélier) sont arrivées pour combler l’absence de Caramelle. Tout est bien allé jusqu’à ce jour. Je vais à l’enclos pour dire bonjour à mes pinous… Et que vois-je à l’autre bout… Un renard en train de tirer le corps sans vie de Noiraude. Choquée, j’ai tout de suite chassé le renard… Mais de notre lapine, il ne restait que le corps, la tête avait été emportée… Ca a été ma première expérience avec la mort d’un animal. Nous avons appris par la suite qu’un couple de renard avait élu domicile dans la forêt qui borde notre enclos. Nous avons alors pris plus de mesures pour sécuriser notre enclos, notamment en installant un grillage au fond de l’enclos intérieur. Nous avons également renforcé le grillage du clapier car il avait été entamé par les dents des renards.

(Bon le clapier est vieux mais on peut voir le grillage que nous avons posé au fond de la cage qui dépasse de la terre) Malheureusement, il est encore arrivé de temps en temps qu’un lapin disparaisse car il s’était caché dans un trou à l’extérieur au moment de rentrer… Donc faites bien attention aux renards, ils sont vifs et les lapins n’ont pas beaucoup de chance contre eux… Faites aussi très attention aux fouines, car je soupçonne l’une d’entre elles de s’être introduite dans un terrier un jour. Ce sont des petits animaux qui aiment beaucoup le lapin et qui peuvent passer par de très petites ouvertures !!!

Clapier en bois : un des membres du forum possédant un clapier "natura" à 2 étages a perdu son lapin et son cochon d'inde qui ont été dévorés par un renard . Le renard a soulevé le toit , est rentré dans le clapier et a dévoré les 2 compagnons . Il est descendu dans l'enclos sous le clapier et y est resté coincé. Pensez à sécuriser ces clapiers avec des cadenas supplémentaires !